Roumanie – Le dossier du visa touristique requis aux Algériens

Le dossier de visa pour la Roumanie est l’un des plus à constituer pour les Algériens. Il ressemble quelque peu à celui des états européens de l’espace Schengen, mais sans certains documents compliqués ou chronophages à obtenir.


Il est tout de même triste de constater que peu d’Algériens postulent à un visa pour la Roumanie. Un désintérêt qui provient sans doute du fait que le pays ne fasse pas encore partie de l’espace Schengen. Un visa roumain ne vous permettra donc que d’aller en Roumanie, un voyage qui en vaut doute le détour.

Aperçu à propos du pays


La Roumanie est un vaste pays qui se trouve en Europe de l’Est. Son économie et de développement ont été mis à mal durant le siècle dernier par une affreuse dictature communiste.

Heureusement, depuis 30 ans, le pays retrouve petit à petit son attractivité touristique ce qui fait de lui une destination de plus en plus fréquentée par des touristes venus du monde entier.

Même si le passage de l’ère communiste se sent dans quelques endroits, le pays a su sauvegarder ses vestiges moyenâgeux, faisant de lui le pays des mille châteaux par excellence.

La nature aussi y est sublime quoique monotone. La Roumanie est pays qui borde la mer noire, où la verdure et les montagnes ne font qu’un. Ses villes sans tranquilles et sécurisées, hormis la capitale Bucarest où certaines arnaques et quelques pièges à touristes subsistent encore, mais rien de violent n’est à signaler.

Le visa roumain


A cause la proximité historique entre l’Algérie et la Roumanie, cette dernière n’est pas si exigeante que ça envers les Algériens qui veulent aller y séjourner pour des raisons touristiques. En effet, aucun document attestant de l’emploi du demandeur n’est exigé. Cela évitera donc les aller-retour et les longues attentes dans les locaux de la CNAS, CASNOS

De ce fait, la Roumanie est aussi très conseillée aux demandeurs de visa qui sont soit chômeurs, soit sans emploi ‘officiel’. La seule condition étant de justifier la possession d’un montant de pas moins de 50 € par jour sur tout le long du séjour, avec un montant minimum de 500 €.

Le reste des documents exigés pour le dossier de visa pour la Roumanie est on ne peut plus classique. Un accent particulier est aussi mis sur la réservation d’hôtel (ou voucher) qui, elle, doit être confirmée. On conseille donc d’éviter les réservations d’hôtel à 500 ou 1000 DA qui, elles, expirent au bout de 48h, avant même que le dossier du demandeur soit traité.

Le dossier requis pour tourisme


Contrairement à des pays comme la Turquie, le dossier de visa touristique requis aux Algériens par la Roumanie est le même, quel que soit l’âge du demandeur à condition qu’il soit majeur. Aussi, il n’est constitué que de quatre (04) documents que sont :

  • Hébergement :
    Voucher ou réservation d’hôtel confirmée dans un établissement touristique agréé.
    En cas de passage par plusieurs villes, un itinéraire complet sera obligé, c’est-à-dire une réservation dans chaque ville que le demandeur compte visiter.
  • Transport :
    Préréservation d’un billet de vol avec le nom du demandeur inscrit dessus. Pour cela, Il suffit de se rendre dans n’importe qu’elle agence de voyages et demander un Télex aller-retour vers Bucarest.
  • Assurance :
    Il suffit de se rendre dans n’importe quelle agence d’assurance et demander une assurance voyage qui couvre jusqu’à 30.000 € de frais de soin et de rapatriement pour la Roumanie. Elle doit couvrir toute la période de séjour + une semaine après la date de retour. Cela ne coûtera pas plus de 3000 ou 4000 DA d’habitude.
  • Preuve des moyens de subsistance :
    Un extrait d’un compte en devise de 50 €/ jour X le nombre de jours couverts par le billet d’avion. Néanmoins, un minimum de 500 € est exigé si le séjour a été prévu pour moins de 10 jours.
    Là aussi, il faudra faire très attention, le Dinar algérien n’étant pas convertible, un extrait d’un compte courant est loin d’être suffisant.

Source : Site officiel de l’ambassade de Roumanie en Algérie

Questions fréquentes

A lire aussi