Abstract de thèse ou mémoire : c’est quoi ? comment l’écrire ? et quelques exemplaires

Savoir rédiger un abstract scientifique (ou académique) fait partie de ces soft skills que toute personne ayant un travail à présenter doit maitriser. En effet, que ce soit pour participer à un colloque ou postuler à une bourse d’études, Il est souvent demandé d’écrire l’abstract d’un travail que l’étudiant (ou le chercheur) aurait déjà réalisé.

Ceci est devenu d’autant plus important depuis l’explosion du nombre de postulants à un même poste (Bourse, doctorat, postdoc…), ce qui rend impossible pour les sélectionneurs de scruter le travail de chacun d’eux.

Ainsi, c’est là qu’intervient cette notion d’abstract, un court texte censé aider le lecteur à saisir l’essence d’un travail, sans pour autant s’aventurer dans les détails.

1.      C’est quoi un abstract ? (Mémoire, thèse…)

Il faut savoir que le terme « Abstract » n’est qu’un anglicisme un peu trop sophistiqué pour désigner un bon vieil exercice qu’on faisait au collège et qui peut être traduit par un simple mot en français : “le résumé”.

Néanmoins, étant donné la qualité du public ciblé, en l’occurrence des personnes très compétentes du monde académique, la communauté universitaire s’est plus au moins mise d’accord sur quelques règles spécifiques qu’un abstract doit respecter, ce qui le différencie du résumé d’un texte littéraire.

Il se doit ainsi d’être une description courte, mais précise du mémoire, thèse ou article scientifique qu’il est censé ‘résumer’.

Aussi, il est souvent requis de l’écrire en anglais même si le travail a été effectué dans une autre langue. Conséquence directe, encore une fois, du fait qu’il est beaucoup plus souvent destiné à des niveaux d’études très élevés (post-graduation) où l’anglais est la langue prépondérante, même dans des pays dits francophones.

2.      Où trouver un abstract ?

De manière générale, on retrouve l’abstract au début du travail, souvent avant l’introduction. On remarque ainsi qu’il est mis juste dans la page qui suit les remerciements dans un mémoire de master ou juste en dessous des noms des auteurs dans un papier (article) scientifique.

Néanmoins, il est important de garder une version ‘autonome’ (standalone) de l’abstract, dans un fichier PDF à part par exemple. Ceci, car de nombreuses universités étrangères qui demandent de le soumettre lui réservent un emplacement spécifique dans le menu des fichiers à téléverser (upload). Tandis que d’autres ne demandent que l’abstract (sans la thèse entière) dans un premier temps.

3.      Qu’est-ce qu’un abstract scientifique n’est pas [important]

Une erreur très commune que l’on fait lors de la rédaction c’est d’en faire une introduction du travail auquel il est affilié. Un abstract n’est pas un préambule ou une préface qui contextualise le papier ou la thèse. Il faut donc éviter à tout prix d’en faire un texte général ou subjectif.

On retrouve souvent ce problème chez les étudiants qui viennent d’obtenir leur diplôme de Master, et qui transforment, de manière assez précipitée, le préambule de leur mémoire en un abstract lorsqu’ils essaient de postuler pour un doctorat ou une bourse à l’étranger.

De plus, il (l’abstract) doit pouvoir être lu de manière indépendante du texte d’origine, ce qui n’est pas le cas d’une introduction. Il ne doit donc, en aucun cas, nécessiter d’autres ressources pour que son contenu puisse être compris et jugé par le lecteur.

4.      Comment écrire un abstract

Taille

Le sujet plus controversé à propos des abstracts scientifiques est sans doute la taille qu’ils doivent respecter. En effet, il n’existe pas de règle générale pour ça, ce qui fait que certains organismes ou établissements mentionnent eux-mêmes la taille maximale à ne pas dépasser.

Plus concrètement, on fait souvent des abstracts de 120 à 180 mots pour les mémoires de Master, et entre 250 à 350 mots pour les thèses de doctorat. Les abstracts des articles scientifiques, quant à eux, se doivent être plus court et donc plus condensés.

Structure 

L’abstract scientifique se doit d’être un monobloc (1 seul paragraphe) et de se structurer de manière identique au travail qu’il résume. En d’autres termes, la succession des idées doit être la même que l’ordre des chapitres dans le mémoire ou la thèse (Introduction, point de départ du travail, résultats, interprétations…).

Ainsi, chaque chapitre, quel que soit son importance, se doit d’être représenté, tandis que tout autre sous-liste (doivent) être ignorés, car ils risquent de rendre le texte un peu trop long.

En prenant en compte l’élément de la taille, cela donnerait quelque chose comme une phrase (ou plus rarement deux) pour chaque chapitre. Une phrase doit évoquer le cœur du propos de ce dernier sans s’aventurer, ne serait-ce qu’un peu, dans le moindre détail.

Le plus important

Il existe deux points les plus importants sur lesquels il faut s’attarder dans un abstract :

  1. l’importance du travail
  2. les trouvailles réalisées

Le premier signifie qu’il faut faire en sorte de ‘vendre’ l’idée que la thèse ou le papier est spécial(e) et novateur(rice), car il traite une problématique concrètement importante et/ou peu explorée par les travaux précédents. Chose qui doit, bien évidemment, être mentionnée au début d’abstract.

Le second point traite du fait qu’étant donné qu’il ne faut pas trop s’attarder sur la méthodologie (le travail fait), il vaudrait mieux consacrer la fin de l’abstract aux résultats (uniques ou pas) obtenus et à leur interprétation. Là, l’étudiant ou le chercheur doit, toujours en quelques phrases, évoquer les différences des résultats obtenus avec ceux qui existent déjà dans la littérature, et surtout, quel sens leur donner (interprétation ou réinterprétation) .

5.      Exemple d’abstract

Exemplaire d’abstract d’un article scientifique
Obtenir une bourse à l’étranger